La Composante Médicale montre sa polyvalence

Au cours des derniers mois, le secteur médical a été sous les feux de la rampe. Le coronavirus avait et a toujours un impact majeur sur notre vie quotidienne. De nouvelles mesures de sécurité ont été mises en œuvre dans les hôpitaux et les centres de soins résidentiels. La Composante Médicale a également retroussé ses manches et a rejoint nos héros en de nombreux endroits pour prodiguer des soins, ensemble, durant cette période de crise.

Mi-mars, lorsque les taux d’infection et de mortalité du coronavirus ont commencé à augmenter, il est très vite devenu évident qu’une période particulière commençait. C’était le signal pour entrer immédiatement en action afin de maîtriser la situation de crise le plus rapidement possible. Durant cette période, la Composante Médicale a travaillé en étroite collaboration avec le SPF Santé Publique. Au quotidien, les planificateurs médicaux ont discuté des ressources appropriées et du personnel que la Défense pourrait mettre à disposition pour cette crise. Cela a donné lieu à des missions très diverses dans tout le pays.

Fin mars, il était presque impossible de comptabiliser les admissions de patients nouvellement infectés. Il y avait donc un risque de surpopulation dans les hôpitaux et la sécurité des autres patients ne pouvait pas être garantie. La Défense a rapidement décidé d’admettre les patients brûlés d’autres hôpitaux à l’Hôpital Militaire de Neder-Over-Heembeek. Ces hôpitaux ont ainsi pu libérer des lits pour d’éventuels patients atteints du coronavirus. Les patients brûlés de tout le pays n’étaient donc reçus qu’au Centre des grands brûlés de la Défense ou à celui de Loverval près de Charleroi. Les autres centres pouvaient alors se concentrer sur les soins intensifs pour les patients gravement atteints de la Covid-19.

Pendant ce temps, dans les coulisses, le téléphone n’arrêtait pas de sonner avec d’innombrables demandes d’aide. Le Centre de Compétence de la Composante Médicale a mis en place une cellule de coordination en contact étroit avec le SPF Santé Publique afin de traiter au mieux toutes les nouvelles demandes. En cette période frénétique, le personnel médical était disponible jour et nuit pour fournir une assistance là où cela était nécessaire.

La Composante Médicale a montré sa polyvalence dans tous les domaines. Les ambulances et ambulanciers ont aidé au transport des patients. Les véhicules ont été spécialement équipés pour le transport des patients atteints du coronavirus. La situation dans les centres de soins résidentiels s’est considérablement détériorée et, là non plus, il n’a pas fallu longtemps à nos militaires pour épauler le personnel soignant. Ils se sont principalement chargés de tâches logistiques telles que la désinfection des chambres et la distribution des repas. Des spécialistes militaires ont formé le personnel des centres de soins résidentiels aux mesures préventives contre le coronavirus.

La Défense s’est également montrée solidaire dans le domaine de la recherche médicale. L’hôpital militaire a prêté son appareil d’extraction à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers afin qu’il puisse doubler sa capacité d’essai sur la Covid-19. Le personnel médical s’est rendu dans les centres de soins résidentiels pour prélever des échantillons afin de tester les résidents pour le coronavirus. Actuellement, la Défense met son expertise à disposition pour une étude nationale qui examine si un test de salive peut fournir un résultat aussi fiable que la procédure de test actuelle. Deux militaires spécialistes des maladies infectieuses sont impliqués en tant que co-auteurs dans la publication des résultats.

Le déploiement de notre Composante Médicale souligne une fois de plus la nature multidimensionnelle de la Défense. Tant que la crise du coronavirus continuera de frapper, nous serons là.